VOICI COMMENT TROUVER LA BONNE TAILLE DE CHAUSSURE DE SKI

ALPINE OCT 08, 2019

VOICI COMMENT TROUVER LA BONNE TAILLE DE CHAUSSURE DE SKI

ALPINE OCT 08, 2019

Alpine

OCT 08, 2019

L’achat de vos chaussures de ski constitue la première étape vers une formidable expérience de ski. La bonne chaussure, c’est celle qui vous va parfaitement, qui vous offre un bon maintien et qui transmet parfaitement la puissance et la conduite vers vos skis. Une mauvaise chaussure gâche le plaisir de skier : Elle laisse le ski suivre « ses propres traces », provoque des points de pression, et vous aurez trop souvent froid aux pieds. Ce constat s’applique aussi bien aux débutants qu‘aux skieurs avancés ou experts. Cela vaut vraiment la peine de chercher la bonne chaussure de ski !

En tant qu’élément de liaison avec le ski, la chaussure de ski est un élément crucial de l‘équipement. Plus le maintien et la transmission de la force sont bons, plus la maîtrise du ski est précise et simple, et au bout du compte, on prendra plus de plaisir à skier.

Mais rares sont les skieurs aussi fiers de leurs nouvelles chaussures que de leurs nouvelles « lattes ». Les chaussures raides ou lourdes sont problématiques. Et on s’en rend vite compte en les chaussants ou les enlevants souvent : la coque en plastique n’est pas aussi confortable qu’une basket ! Encore plus qu‘avec des chaussures normales, il faut se faire conseiller, essayer et tester ! Un magasin spécialisé avec un grand choix de modèles et un personnel qualifié offre les meilleures conditions pour trouver la chaussure de ses rêves.

image 1

TROUVER LA BONNE TAILLE
Que ce soit pour homme, femme ou enfant, le critère le plus important est l‘ajustement, et cela commence par la bonne taille. Alors, comment puis-je trouver ma taille ? En magasin spécialisé, le pied est mesuré en longueur et en largeur avec un gabarit (cela devrait être fait du reste chaque fois que vous achetez une nouvelle chaussure de ski, car la taille et la forme des pieds peuvent évoluer au fil du temps).

Longueur: La taille des chaussures de ski est indiquée en points Mondo (MP), ce qui correspond à la longueur du pied en centimètres. Ils sont subdivisés en paliers de 5 mm, soit 25; 25.5; 26; 26.5 etc. En général, les coques des chaussures de ski partagent deux tailles de points Mondo. Ainsi, par exemple, les tailles de MP 27 et 27.5 ont la même coque. Pour ajuster les tailles intermédiaires, les fabricants utilisent deux semelles intérieures différentes (une épaisse et une plus fine) pour modifier le volume en conséquence. Atomic propose ce qu’on appelle un compensateur de taille, qui peut être placé sous la semelle intérieure et même sous une semelle personnalisée.

Tabelle

Le tableau de correspondance des tailles de chaussure de ski donne des indications sur les pointures comparables. Néanmoins, les deux pieds doivent être mesurés.

LA LARGEUR EST IMPORTANTE !
Pour un ajustement irréprochable, la largeur de la chaussure de ski est tout aussi importante. Une chaussure trop serrée vous comprime le pied, tandis que dans une chaussure trop large, le pied bouge, et il n‘y a pas de maintien. Dans quelle mesure une chaussure de ski doit-elle être serrée ? Quel confort suis-je sensé attendre de ma chaussure ? Un revendeur bien formé vous fera éventuellement une première recommandation pour des chaussures adaptées en fonction des mesures de longueur et largeur du pied. Si dans le passé on recommandait différents fabricants ou types de chaussures pour différentes largeurs de pied, il existe actuellement des modèles comme la vaste série Hawx d’ATOMIC, répartis en trois largeurs de forme différentes.
En conséquence, on choisit non seulement la bonne longueur de la coque et de la chaussure, mais également sa largeur. Une largeur d‘avant-pied inférieure à 98 mm est considérée comme étant étroite, une coque d‘environ 100 mm de largeur comme moyenne, et à 102 mm et plus, elle est grande.

Image breite

La subdivision en largeur entre étroit, moyen et large aide à choisir la bonne chaussure de ski ou le bon ajustement.

LES TYPES ET LES FLEX DE CHAUSSURES DE SKI
Une fois la bonne pointure déterminée, le style et le niveau de ski entrent en jeu. En plus de choisir entre des modèles spécifiques pour femmes ou pour hommes, vous devez également choisir entre différents types de chaussures de ski. Les principales différences sont la structure du chausson intérieur, la fonctionnalité et la dureté de la coque.

Pour la dureté de la coque, il existe ce qu’on appelle « l‘indice flex » : il décrit la rigidité de la coque par rapport à l’inclinaison de la tige vers l’avant. Lors du choix du flex, le style de ski, la puissance du skieur et sa morphologie jouent un rôle déterminant. Une bonne chose à savoir : Il n‘existe pas de méthode de mesure standardisée pour l‘indice flex. Des valeurs similaires chez différents fabricants ne correspondent donc pas forcément à une rigidité identiques.

De manière générale, la chaussure doit être aussi confortable que possible et aussi serrée que nécessaire. Le point crucial est l’adhérence entre le pied et le chausson intérieur, ainsi qu’entre le chausson intérieur et la coque. S‘il y a du jeu quelque part, tout le système ne fonctionne plus. Cela signifie que vous pourrez mieux skier avec une chaussure de ski vraiment bien ajustée.

Image redster

Quand vous essayez la chaussure, fermez les crochets en commençant par la partie basse et en exerçant peu de force. Cela vous rapprochera déjà de l’ajustement adéquat. Pour les skieurs occasionnels, la fermeture des crochets crée souvent une sensation inhabituelle : « On s’y sent vraiment serré ! ». Il faut un peu de patience. Fermez consciencieusement les crochets du bas vers le haut de la tige. Cettes fois-ci, ils doivent être bien serrés, mais pas au point d’exercer une pression excessive sur le pied. Bien qu‘ils puissent être relativement serrés en haut du collier, ils ne doivent pas restreindre la circulation sanguine. Rapidement, on pourra se rendre compte de la différence entre la sensation d’étroitesse d’une chaussure de ski et celles d’un serrage exessif. La flexion de la cheville, comme elle est habituelle et nécessaire dans le mouvement du skieur, pousse le talon vers l’arrière. Dans cette position, il ne devrait y avoir aucun contact des orteils à l‘avant. Si, à présent, vous avez un maintien sûr, et s’il n’y a pas de « jeu » pendant le mouvement, la chaussure est correctement ajustée. Une adaptation de la chaussure de ski ne doit être envisagée que lorsque certaines zones, telles que la cheville ou l’articulation des orteils, manifestent encore des points de compression ou des frottements.

Image 4