févr. 20, 2012

PLONGEZ AU CŒUR DU DOUBLEDECK D’ATOMIC

Le cœur et l’esprit au service d’un savoir-faire artisanal. L’intérieur d’un ski ATOMIC D2 Race est plutôt complexe : on y trouve pas moins de 40 éléments composés de matériaux sophistiqués allant du bois au titane et qui sont assemblés en quelque 20 étapes. Ce qui compte le plus lors de la fabrication d’un ski, c’est le savoir-faire artisanal des experts. Voici un aperçu de la structure interne du Doubledeck.

Altenmarkt, ville d’origine d’ATOMIC : 2 500 paires de skis spécialement conçues pour la course y sont fabriquées chaque année. Hans Schaidreiter, chef du service de Recherche et Développement en skis alpins de compétition, nous décrit la structure interne de l’ATOMIC D2 Race : « La construction cap du Race consiste en deux lames disposées au-dessus et en dessous d’un noyau composé de bois local (peuplier, frêne ou hêtre). On ajoute ensuite des matériaux de construction (laminés de fibre de verre et renforts en titane) au niveau des deux lames et des chants du ski. Tous ces composants présentent une excellente résistance à la traction, c’est à dire que leurs limites de charge sont très élevées. L’effet de rebond de l’ensemble des composants est extrêmement important, et il est renforcé par la construction cap. Cela signifie qu’ils doivent permettre de réaliser d’excellentes performances malgré tous les chocs et les différentes forces auxquelles ils sont soumis. » Les divers éléments sont ensuite assemblés à la main dans une presse spéciale par un expert qualifié en construction de skis. « Les composants sont placés dans un moule, brossés avec de la résine époxy puis ils sont soumis à une pression et une chaleur élevées pendant 15 minutes pour être collés. »

La construction Doubledeck, avec un ski supérieur et un ski inférieur, est doublement avantageuse. Schaidreiter explique : « Grâce à l’effet Doubledeck, le D2 s’adapte immédiatement au style de glisse de chaque coureur et aux conditions spécifiques d’une piste. Le ski inférieur glisse librement et réagit aux conditions extérieures. Il garantit une glisse précise et des mouvements parfaitement contrôlés. »

REVÊTEMENT DÉCOUPÉ AU DIAMANT

La composition, la microstructure et les motifs de découpe du revêtement ont une importance cruciale pour les caractéristiques de glisse du ski. Les motifs sont découpés dans le revêtement à l’aide d’une machine spéciale, pilotée par ordinateur et contrôlée par des experts en découpe. Une fois qu’un ATOMIC D2 Race quitte le site de production, il n’est pas encore prêt à courir en Coupe du monde. « Pour être utilisé en compétition, le ski doit être testé », explique Helmut Schartner, chef du service de construction de prototypes pour la compétition alpine. Le meilleur temps et les meilleures caractéristiques sont les critères les plus importants. Après chaque test, les préparateurs peaufinent soigneusement les carres et le revêtement. Les skis sont « aiguisés » pour servir en compétition.

« Nos plus grands athlètes reçoivent au moins 20 paires de skis par discipline chaque saison. Chaque paire a ses particularités. La température et la texture de la neige diffèrent autant que les continents sur lesquels se tiennent les courses. L’athlète et son préparateur décident ensemble, et souvent spontanément et à la dernière minute, de quel ski utiliser en fonction des conditions météo. » Et comment savez-vous quel ski était le bon ? Schartner : « Chaque fois qu’un athlète franchit la ligne d’arrivée en première place, tout le monde ici est content car alors nous savons que tout ce travail a porté ses fruits ».

Share